Une semaine culturelle à Marc Sautelet {Episode 2}

Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont été oubliés durant quelques jours car ici : aucun obstacle, tout est réalisable. Il suffit d’un peu d’imagination et de soutien.C’est le retour de La rose et qui dit retour dit MISE A JOUR ! Et c’est avec un petit flashback de la semaine culturelle au centre de rééducation de Marc Sautelet à Villeneuve d’Ascq que j’aimerais commencer. (Mais si, rappelez-vous je parlais de l’épisode 1 ici !)

D’initiations musicales en ateliers artistiques, en passant par de vrais moments de rencontres et des bouleversements d’organisation, le moins que l’on puisse dire c’est que l’intensité était l’invitée d’honneur de cette semaine d’action!

D’un côté, il y a Anna et moi, qui ne cessions de courir dans les couloirs … (ça ressemblait à peu près à ça…)

De l’autre, Michel Liégois le plasticien, qui, à l’aide de bouts de sctochs, immortalisait les silhouettes des ados sur les murs,

Sans oublier David de Muzzix se promenant avec son sachet de bouchons, Sébastien malaxant ses éponges, Jean-Baptiste faisant couiner ses bouteilles d’eau vides et Christian soufflant dans des tubes en PVC…

Ce sont les instruments de Christian…

il est VRAI, que nous avons quelque peu chamboulé la « journée type à Marc Sautelet ». D’ailleurs Zitoune, Dahim, Cassandre ou encore Dominique, éducateurs s’en souviennent !

« Ils sont un peu fous ! » me dit l’un des enfants ! Ils ne sont pas fous, ils sont vivants et quel pied !

Car effectuer une semaine culturelle, c’est bien, mais s’adapter à un centre de rééducation (soit, faire face à des enfants poursuivant une scolarité spécialisée, mais aussi des soins de kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie, infirmerie et bien d’autres parfois insoupçonnables) c’est un autre challenge.

P1020968 bisHeureusement, impossible n’est pas rose des vents et dès 9 heures du matin, nous entrons en scène. Le collectif Muzzix dans la bibliothèque et Michel Liégois dans la salle d’activité. Je fais face à une ébullition de découvertes et de créations traversant tous les âges. Et même si la journée commence sereinement avec les massages sonores de David Bausseron chez les tous petits (ouvrants si grands leurs yeux et leurs oreilles qu’il était difficile de savoir si c’était l’instrument de musique ou la barbe de David qui attirait l’attention), la suite des journées, chez les moyens et les ados ont produit de véritables explosions sonores et visuelles. Coupage, collage, superposage, dessin, sculpture en papier, création d’instrument, de sonorité, de partition, rien ne nous a échappé.

Si nous devions résumer cette semaine en un mot je dirais : adaptation. Et pas seulement pour parler des emplois du temps des enfants non, l’adaptation s’est ressentie chez tout le monde. Autant pour les efnants qui passaient d’une activité musicale à une activité plastique, que pour les artistes eux même s’adaptant à chaque « difficulté ».

On dit souvent, « chacun son métier », et bien durant ces quelques jours nous avons complètement oublié ce dicton pour réunir toutes nos capacités et faire vivre à ces enfants quelques instants de ressources. Fauteuil roulant et béquilles, au placard ! Ou presque ! Ce qui est sûrs, c’est qu’ils ont été oubliés durant quelques jours car ici : aucun obstacle, tout est réalisable. Il suffit d’un peu d’imagination et de soutien.

Alors évidemment, tout ce beau travail, il faut le présenter et pas devant n’importe qui s’il vous plaît, équipes de Marc Sautelet, de Muzzix, de La rose, de la Drac, de l’ARS réunies, tout le monde est présent pour assister au petit concert-restitution folklorique. Bon, c’est vrai, il y a eu quelques fausses notes, mais ça vaut le coup de faire grincer un peu les écoutilles quand on fait face à quelques instants d’innocence.